Les Actus du Comité Scientifique

Les ascensions oubliées des officiers géographes dans les Alpes du Sud

C'est à l'occasion de la commémoration du 150ème anniversaire de l'ascension de la Barre des Ecrins, en 2014 sous l'égide de l'office de promotion de la communauté de communes du Pays des Ecrins (Destination Ecrins, Hautes- Alpes) et de l'Office de Tourisme de la Vallouise, qu'Olivier Joseph et Paul Billon-Grand se sont intéressés, le premier en historien, le second en toponymiste, aux événements ayant précédé cette ascension importante dans l'histoire de l'alpinisme.

Située au coeur des massifs des Ecrins et de l'Oisans (Hautes-Alpes et Isère), la Barre des Ecrins est une montagne de 4102 mètres d'altitude qui était, jusqu'au rattachement de la Savoie à la France (1860), le plus haut sommet français. Les Ecrins forment une vaste montagne glaciaire dans leur face Nord, où prend naissance la Glacier Blanc. L'ascension jusqu'à l'altitude de 4000 mètres se fait sans difficulté majeure : seuls les 100 derniers mètres, sur une face verglacée et sur une arête aérienne sont plus délicats, mais néanmoins accessibles. Son ascension, le 25 juin 1864, par une cordée composée d'un guide français, Michel Croz, d'un guide suisse, Christian Almer, et de trois alpinistes anglais, Adolphus Warburton Moore, Horace Walker et Edward Whymper, marque une date importante. Elle fait entrer le massif des Ecrins dans l'histoire de l'alpinisme sportif.

Alors même que les deux récits de Whymper et de Moore ne mentionnent jamais le fait que cette ascension ait été une première, les compilations anglaises puis françaises ont attribué très rapidement à la cordée de Whymper le mérite de la première ascension connue.

En portant leurs regards sur les décennies précédant cette ascension, en reprenant à frais neuf les récits et les archives des personnes qui ont fréquenté ce massif de haute montagne entre les XVIIe et XIXe siècles, les géographes sont allés de surprise en surprise. Ils ont non seulement compris l'ampleur des travaux conduits sur le terrain par les officiers-géographes aux XVIIIe et XIXe siècles, mais ont aussi retrouvé les traces de leurs exploits scientifiques et sportifs.

Le Comité Scientifique met à la disposition du public ce document, sous la responsabilité de ses auteurs.


Cliquer ici télécharger le fichier pdf



Actu proposée par Yves PEYSSON

Mise en ligne le mercredi 14 septembre 2016 à 17:39:49

Ces Actus peuvent vous intéresser

  • Début
  • Précédent
  • Suivant
  • Fin